Éklaizia grandeur nature est une organisation fesant des évènements de type médiévaux fantastique pour les jeunes de 16 et plus .
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Histoire d'Éklaizia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 15
Date d'inscription : 26/03/2014

MessageSujet: Histoire d'Éklaizia   Mer 26 Mar - 23:21

Ère de l’ascension (-3000 EG)

L’ère de l’ascension(EA) est reconnue comme étant le point le plus lointain qui connut une histoire qui peut être relatée. Estimée par les plus grands chronomanciens elle se serait produite il de cela plus de trois milles ans avant l’écriture de ce texte. Depuis déjà longtemps les Dieux s’étaient déclaré comme la voie future du monde d’Éklaizia, ils avaient augmentés le nombre de leurs priants avec l’érection de temple, l’institution de familles de noblesse divine et l’écriture des premiers livres sacrés. Ce serait au début de cette ère que le haut-prêtre de Gogrïm se serait élevé au statut de demi-dieu, car mieux que tous, il avait compris la nouvelle structure de ce monde qu’était la civilisation. De plus en plus les créatures dotées d’intelligence se regroupèrent pour former des sociétés, les petites palissades devinrent des murs et des chefs furent nommer pour guider les différents peuples ayant des modes de vies de des plus variés. C’est au milieu de tous ces changements qu’Ellenruolf prépara ses plans qui changèrent le monde connu. Bien trop occupés à voir leurs priants changer avec les âges et ne se préoccupant pas du temps qui avançait à son rythme, les Dieux ne purent empêcher Ellenruolf d’invoquer une puissance de destruction qu’on apprit à connaître sous le nom d’Alanéas. Ces deux êtres mirent à feu et à sang toute opposition et assimilant tous ceux qui se rendaient. Devant ce changement si rapide aux yeux des Dieux, ils ne purent sauver qu’un continent. Ne voulant se voir vaincu ainsi Morkai fit un pacte avec Abraelys et ils réussirent à affaiblir la protection d’Alanéas. Zarek profita de cette faiblesse pour se lier à l’essence vitale de l’être conquérant. D’un geste assuré il s’arracha un bras et Alanéas en subit les mêmes effets. Tous les dieux purent capturer de cette incroyable énergie qui se relâcha, au point que Nezzer devint dieu à part entière. Dans le gigantesque relâchement d’énergie la terre trembla, des îles disparurent et de nouveaux continents firent immersion, de nouveau champs de bataille pour la guerre divine qui suivit.

L’Ère de la Grande Guerre (-1000 EG)

La puissance des dieux enfin équilibré une alliance se forma. Abraelys, Élys’siael, Gogrïm, Kaelus, Morkaï et Zarreck pour combattre les forces d’Alanéas, Mavèthis et Ellenruolf. Pendant ce temps Nezzer, Nori et Lehuviah se concentrent à rétablir un semblant d’ordre ne prêtant aucunes allégeances définitive. Efrava fût perçu comme une menace beaucoup trop instable par tous les camps et une décision fut prise de l’exiler. Même pour des Dieux il fut ardus de la capturer mais les efforts combinés d’Alaneas, Morkaï, Abraelys, Nezzer et Kaelus finirent par donner un résultat, l’emprisonnement d’Efrava dans un livre qu’on cacha au centre du monde. Les années passèrent et le monde changea. Là où avait autre fois été de vert pâturages se trouvaient maintenant des champs où les morts n’avaient de repos, les forêts qui avaient couvert d’abondantes ressources végétales et animales ressemblaient à des plaies ou pullulait la mort et la maladie et les rivières avaient une teinte rosée de tous le sang qui y affluait. Ainsi fut le monde quand le premier acte de cette guerre pris fin. L’événement qui marque le début du second acte est la trahison de Morkaï. Ayant pris goût à la destruction qu’avait entraîné cette guerre il voulut qu’elle continue. On raconte aussi qu’il ne put soutenir qu’il combattait aux côtés d’anges que ses généraux obéissaient parfois contre leurs grés. Le Dieu démoniaque ordonna à ses priants de se révolter contre tous leurs supérieurs et de les exécutés en son nom. Suite à cet acte il prit entente avec Alanéas, tant que le dieu démon pouvait agir comme bon lui semblait, il avancerait sa cause. Devant cette injustice Lehuviah se joint enfin aux combats pour le bien du monde qui peine encore à récupérer des tourments qui sont vécu sur son ensemble. Des créatures qui étaient inconnus encore firent leur apparition, des serpents dont les têtes repoussent se battant au sol contre des êtres de roche, des bêtes mi-hommes mi- chevaux empalant avec leurs lances des loups gigantesques leur sautant au cou et entremêlés entre ces créatures, les créatures intelligentes qui les commandent avec la faveur de leurs Dieux. Le troisième acte de la guerre est marqué d’un temps où la guerre ralentit quelque peu. Les champs de batailles laissait des corps à perte de vue et, bien souvent, donnait naissance à des lieux hantés par des esprits errants. Mavèthis voyant ces armées effondrées décida de se retirer du conflit afin de guider les âmes perdues vers son royaume. À travers Éklaizia ses prêtres devinrent la référence afin d’officier les rites funèbres de grande envergure et ainsi éviter de hanté à jamais les champs de guerre. En faisant cela, elle put enfin reconstruire ses armées, se préparant patiemment le moment propice pour son retour. Le quatrième acte de la guerre se défini par la création de Solarion, une arme mythique créé par Gogrïm dans le but précis d’éradiquer le mal. Sa confection pris cent ans, à toutes les nuits ont pu entendre le tonnerre grondant du souffle qui alimenta sa forge et le bruit de la foudre quand Gogrïm la martelait sur son enclume, tel une tempête qui gagne en puissance. Une fois relâché sur le monde entre les mains d’Élys’siael, on ne put qu’admirer le spectacle offert. Le tournant du monde reposait sur le tranchant de cet épée qui à chaque coup porté amenait la lumière divine dans son rayon. Déterminé de pouvoir finir la guerre une fois pour toute la déesse guerrière pris son envol et chargea directement le plus grand de ses ennemis. Rageant contre les hordes protégeant Alaneas, Élys’siael tint bon, chaque frappe l’approchant de son but ultime. Alors que toute son attention était sur un coup fatal pour Alanéas un corps qui avait été tranché net en deux se releva. Ellenruolf fut placé parfaitement et dans un geste fluide planta une dague dans les flancs de la déesse de forme angélique. Prise sous le choc Solarion tomba de ses mains et se planta au sol, la terre se fendit et l’arme tomba dans un abîme pour ne plus être revue. Voyant leur maître près de la défaite plusieurs créatures se jetèrent dans ce gouffre et le refermèrent son entré. Redoutant d’autres pièges Élys’siael déploya ses ailes et se retira en n’ayant pas compléter sa tâche, mais en se jurant d’un jour la compléter. Voyant enfin la guerre ralentir tous les camps se stabilisèrent. Les forces combinés d’Abraelys, Élys’siael, Gogrïm, Kaelus et Lehuviah promirent aux mortels de faire tout en leurs pouvoir pour les aider si on leur donnait offrandes et dévotion. Zarreck voyant le désastre du monde se donna complètement à protéger et aider ce qui restait des océans, forêts, plaines et règne animal. Nori resta contemplative du monde et se mit en charge de limiter les abus de magie et ainsi la régulariser. Nezzer prit son poste en tant que guide vers la reconstruction des sociétés. Alanéas se regroupa avec Mavèthis, Morkai et Ellenruolf, mettant leurs plans de conquête de côté, offrant puissance à tous qui s’en montraient digne.

Ère de Gloire (0 EG)

L’ère de gloire (EG) se marque par un temps qui n’est plus à la guerre mais à un monde de reconstruction. Les Dieux vivent une paix précaire et on sent que le passé ne s’oubliera pas bientôt. Bien qu’ils se soient regroupés en différents panthéons leurs objectifs sont propres et leurs secrets sont grands. Des lignées entière ont disparu, même les êtres les plus vieux, les elfes, ne comptent que rarement leur âge au-delà de deux cents ans. Les alliances politiques prennent de plus en plus d’importance et les querelles des dieux est plus une menace pendant au-dessus de la tête de tous que plusieurs souhaitent ignorer. Dans la nouvelle paix rien ne put prévoir un nouvel événement que fit frissonner le monde. Dans un coin sombre du monde un appel fut entendu par une oorok, tel les cris d‘une mère implorant son enfant perdue. Guidé par des forces qu’elle ne comprenait pas elle tombât sur un livre qui a son touché hurla d’une douleur insoutenable, dans sa folie l’oorok l’ouvrit et la mère du chaos, Efrava, fut finalement libéré des liens qui l’emprisonnaient. L’onde de choc créa un cratère gigantesque, laissant en son centre un unique pilier, où on raconte qu’encore à ce jour on peut y voir l’ombre laissé par l’oorok. Toute l’énergie maléfique qui se libéra à cet instant corrompu l’essence vitale de plusieurs créatures à des milles à la ronde et ainsi naquirent les premiers damné. La ville de Fyril se construisit a même le pilier, là où tous les damnés ont une affinité. Efrava enfin libéré elle monta se joindre à Alanéas, Mavèthis, Morkai et Ellenruolf, voyant une fin selon ses désirs en leur vision du monde. Le temps avance et cela fait maintenant 114 ans que la grande guerre a pris fin, tous savent que d’autres événements suivront et tous se préparent à leur manière.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eklaiziagn.forumactif.com
 
Histoire d'Éklaizia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Éklaizia grandeur nature :: Zone en-jeu :: Folklore-
Sauter vers: